Peut-on envisager le télétravail pour les salariés ?

Publié le 28 juin 2020

Écrit par Tiavina Rabeharivelojaona

Le confinement a modifié certaines choses sur la façon de vivre…

Le monde du travail a connu un bouleversement depuis l’apparition de la pandémie du Covid-19. En France depuis mars 2020, l’État a adopté des mesures sanitaires pour préserver la propagation de ce virus (diminution de déplacements, restriction des contacts humains). Les entreprises ont dû trouver des solutions pour continuer leurs activités : le télétravail. L’Association nationale des DRH a d’ailleurs recensé que 40 % des Français sont passés par cette étape. Mais comment les salariés vivent-ils le télétravail ? Est-ce que cette forme d’organisation du travail est-elle envisageable sur le long terme ? C’est ce que nous allons découvrir dans cet article.

Appréhension des salariés sur le télétravail

Avec la crise du Covid-19 et les gestes barrières, beaucoup de salariés se sont vus obligés de passer au télétravail forcé. Boom at Work, spécialiste de l’analyse des relations humaines au travail, a réalisé une étude sur le ressenti de quelques-uns d’entre eux dans 150 entreprises. Plus de moitié, soit 75 % des interrogés affirment se réjouir de ce mode de fonctionnement anticipé. Ils se sentent plus productifs et moins stressés qu’auparavant lorsqu’ils étaient aux bureaux. Cependant, quelques points restent encore en suspens. Si la majorité semble bien prendre le télétravail, beaucoup d’anciens salariés s’en plaignent aussi.

Plusieurs collaborateurs déplorent le manque de contact humain avec leurs collègues. Ils s’inquiètent de l’absence de lien social dans le domaine du travail qui pourrait survenir dans la durée en fonction de l’évolution du Covid-19. Ce sont surtout les personnes qui adoptent pour la première cette forme d’organisation professionnelle qui trouvent du mal à s’adapter. Elles se trouvent surprises de court par la situation actuelle. Beaucoup de collaborateurs se disent, selon toujours l’étude de Bloom at Work, qu’ils n’arrivent pas à suivre le rythme imposé par leurs nouveaux managers. Ils ne s’intègrent pas à leur équipe. Il y a par ailleurs, une partie qui souffre du manque de matériels dans leur maison (pas d’imprimante, pas de photocopieuse, pas d’espace de travail dédié ni de chaise de bureau…).

Comme mentionné plus haut, la majorité des salariés restent quand même favorables au télétravail et pensent même rester longtemps dans cette forme d’organisation professionnelle. L’enquête réalisée par Bloom at Work a révélé un ressenti personnel non moins inquiétant de la part de ces télétravailleurs. Seulement 10 % d’entre eux se disent inquiets et improductifs contre 60 % qui affirment être parfaitement à l’aise et motivés. Et le reste, 30 % préfèrent ne pas trop s’exprimer sur la question et rester neutres.

Mais que risquent les télétravailleurs ? Peut-on réellement envisager le télétravail sur le long terme pour les salariés ? Pour répondre à ces questions, nous allons déterminer les inconvénients qu’il représente.

Les dangers du télétravail

Le télétravail peut représenter un danger au salarié dans la mesure où il détériore sa personnalité. Ce facteur psychologique provient de plusieurs sources.

Les risques sont :

  • Tendance à s’isoler socialement
  • Grand risque de conflits familiaux : cela se rencontre surtout pour les personnes qui ont déjà eu des enfants. Et la vie personnelle empiète alors facilement la vie professionnelle et vice-versa.
  • Risque de surmenage : pour ceux qui passent trop de temps, voire plus de 8 heures par jour, au travail. Lorsque l’on travaille de chez soi, on a tendance à s’étaler sur les horaires de travail et même les tâches que l’on nous assigne deviennent nombreuses.
  • Perte de l’esprit d’équipe : on s’applique à tout réaliser soi-même.
  • Les problèmes d’organisation personnelle : on n’arrive plus à définir des heures régulières pour commencer le travail, car on a tendance à demander des ajustements pour prendre son enfant à l’école par exemple. Ce qui était loin du planning d’un salarié qui doit suivre des horaires imposés.
  • Les difficultés à mesurer le temps de travail effectif
  • Le fait de se détacher difficilement de son poste de travail en raison des équipements toujours disponibles
  • L’absence des manques de reconnaissance de son équipe de travail

Si le télétravail peut être source de liberté dans le temps d’accomplissement des tâches professionnelles, il peut aussi alors présenter un grand risque de burn-out et de stress. Comme on vient de le citer précédemment, l’ancien salarié doit gérer seul son organisation, mesurer l’atteinte de ses objectifs et ne s’impose donc pas de limites. Pour y remédier, voici quelques solutions qui pourront aider le télétravail à être plus efficace et à bien vivre ce mode d’organisation professionnelle, qu’il soit imposé ou non.

Que faire pour poursuivre le travail à distance ?

Il est évident que la crise sanitaire oblige les salariés à adopter le télétravail. Et pour maintenir un bon équilibre psychologique. Voici donc quelques recommandations pour faciliter l’intégration de tous les employés dans cette forme d’organisation professionnelle.

Le télétravailleur doit avant toute chose, apprendre à être plus autonome. En effet, il faut savoir s’organiser en établissant une to-do liste et veiller à ne pas tomber dans de mauvaises habitudes. Il faut s’imposer des horaires fixes de travail et s’y atteler tous les jours jusqu’à avoir une constance. Les habitudes ne devraient pas changer du rythme de travail d’un employé de bureau sauf que l’on n’a pas à se déplacer.

Bien aménager son propre espace de travail est aussi un critère primordial pour faire durer le télétravail. Quand on se trouve à la maison, on a tendance à se laisser aller en travaillant sur le lit et à rester en pyjama toute la journée. Ce n’est pas performant. Il faut se créer une pièce qui va servir de bureau ou un coin dans lequel on s’assoira pour réaliser notre travail comme si l’on était au bureau. De plus, si l’on a des enfants on ne sera pas perturbé par leurs cris et leurs lamentations durant l’accomplissement de nos missions.

Par ailleurs, il faut savoir dissocier travail et vie privée. En effet, c’est un grand challenge pour les télétravailleurs. Car ils sont plus libres dans l’accomplissement de leurs activités professionnelles et se permettent de travailler à des heures tardives. La vie familiale reste alors de côté et même les enfants pourront en souffrir. La famille peut aussi être un obstacle dans le bon accomplissement des tâches professionnelles. On ressent du mal à décliner des offres de sorties en plage par exemple. Heureusement qu’il y a les espaces de coworking qui offrent une ambiance de travail studieuse et relaxante pour finir une mission à terme.

Le fait de garder le contact avec ses collègues renforce les liens entre les projets de l’entreprise. Cela lutte contre l’isolement social, grand risque psychologique du télétravail. Whattsap et Skype sont réputés pour faciliter la communication. De ce fait, l’esprit de compétitivité reste, car on est toujours au courant des avancées de ses paires.

Il faut aussi s’accorder des pauses de temps en temps pour se dégourdir les jambes et pour prendre les déjeuners à des heures régulières. Pour les petites pauses, prendre 5 minutes après 1 heure de travail suffit largement.

Le télétravail est avant tout un mode d’organisation personnel. Il convient aux personnes qui arrivent à s’autodiscipliner. Les personnes qui éprouvent de la difficulté à s’y appliquer doivent en parler à leur manager et trouver des solutions ensemble. Après tout, les règles sont les mêmes que l’on travaille à domicile ou au bureau. Avec le confinement, la tendance au télétravail est devenue contraignante pour certains salariés. Mais un grand nombre d’entre éprouvent une grande facilité d’adaptation. Pour maintenir au mieux l’équilibre psychologique du télétravailleur qui se sent mal à l’aise avec le télétravail, l’entreprise doit effectuer un bilan mensuel de chacun de ses collaborateurs et voir si cette forme d’organisation à tous ou seulement quelques-uns.

Ceci pourrait aussi vous intéresser…

La Vraie Vie, Adeline Dieudonné

La Vraie Vie, Adeline Dieudonné

Elle a dix ans. Le pavillon de banlieue dans lequel elle vit comporte quatre chambres : celle de ses parents, celle de son petit frère Gilles, la sienne et… la chambre des cadavres, comme elle l’appelle.

Les étincelles, Julien Sandrel

Les étincelles, Julien Sandrel

Phoenix a 23 ans. Sa vie est bouleversée le jour où son père trouve la mort dans un accident de voiture en Colombie, alors qu’il allait rejoindre celle qui était apparemment sa maîtresse. Depuis ce jour, Phoenix entretient une rancœur sans bornes pour son défunt paternel.

L’art de la victoire

L’art de la victoire

Cette autobiographie se lit comme un roman, simple, inspirante que vous soyez sportif ou que vous portiez un intérêt au monde de l’entreprise, ce livre est pour vous. Plongez-vous de manière drôle et inspirante dans le quotidien de son fondateur Phil Knight…

Nomade digital ou Freelance : comment gérer ses clients ?

Nomade digital ou Freelance : comment gérer ses clients ?

Vous vous organisez comme vous le voulez. Cependant, il vous faut aussi accomplir certaines obligations : la gestion de vos clients. Au risque de perdre votre crédibilité auprès d’eux, il vous faut adopter certaines mesures préventives pour entretenir des relations professionnelles sereines.

15% sur votre première commande !

Recevez la Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez 15% de remise sur votre première commande. Vous avez la possibilité de vous désabonner à chaque envoi et comme vous, nous détestons les emails non-sollicités.